Sélectionner une page

Saviez-vous qu’il existe des usurpateurs d’identité qui se font passer pour des avocats ? C’est malheureusement le cas en France, d’où la nécessité d’être vigilant. A première vue, certains signes devraient vous permettre de distinguer un escroc d’un vrai avocat, mais ce n’est pas toujours facile. Quels sont ces signes qui vous permettent de démasquer un escroc qui se fait passer pour un avocat ? La réponse avec Antoine Béraud, avocat.

Le contact physique avec l’avocat

Ne vous contentez jamais d’une conversation téléphonique ou d’un échange de courriels, il est très important d’avoir un premier contact physique avec l’avocat. Lors de cette rencontre, vous pourrez lui poser toutes sortes de questions, notamment sur sa formation, son barreau d’appartenance ou encore sur ses expériences. Veillez ensuite à vérifier la véracité de ces informations, particulièrement l’inscription de l’avocat au barreau en allant sur le site de l’annuaire en ligne créé par le barreau de votre région. N’oubliez pas que toutes les garanties sont bonnes à prendre. Vous pouvez à cet égard demander le numéro de toque de l’avocat, attribué par la plupart des barreaux et qui correspond au casier de réception du courrier professionnel de l’avocat. Vous pourrez ainsi aller vérifier par vous-même et vous assurer qu’il ne s’agit pas d’un escroc.

Visitez le site internet de l’avocat

Tous les avocats ou presque disposent aujourd’hui d’un site internet. Il faut savoir que, contrairement aux autres professionnels, les avocats sont tenus de respecter des règles strictes en matière de site internet. Par exemple, il est interdit pour un avocat de choisir un nom de domaine citant un ou plusieurs domaines d’intervention, tels que le droit des sociétés, le droit du travail, le droit de la famille… Il s’agit là d’un premier signe qui vous permettra de démasquer un éventuel escroc, car tous les avocats respectent cette règle. Autre signe distinctif : les avocats de profession publient généralement des articles de blog sur leur site, pour communiquer sur leur actualité ou leur expertise, entre autres. Ce n’est évidemment pas le cas des usurpateurs d’identité.

Enfin, en cas de doute ou si vous soupçonnez que vous avez affaire à un escroc qui se fait passer pour un avocat, n’hésitez surtout pas à le signaler à l’Ordre des avocats. Vous faites ainsi une action citoyenne en faisant en sorte que d’autres personnes ne tombent dans le piège de l’usurpateur. Pour votre information, se faire passer pour un avocat est passible d’une amende de 15 000 euros et d’un mois d’emprisonnement. La peine peut aller jusqu’à 1 an de prison, comme celle encourue par un escroc qui se prétendait avocat, récemment démasqué par un magistrat du tribunal de Cusset.