Sélectionner une page

Selon la Fédération française de l’assurance (FFA), les ménages ont épargné pas moins de 1,6 milliards d’euros par le biais de l’assurance vie, soit une hausse de 8% comparativement à la même période en 2020.

Ceci prouve qu’en dépit d’une situation économique très compliquée, ce dispositif continue de gagner en popularité au détriment d’autres méthodes de placement plus traditionnelles et court-termistes. Décryptage !

38%, la part des unités de compte

Dans son rapport, la FFA a précisé que pour leurs contrats d’assurance vie, les Français continuent de plébisciter l’usage des unités de comptes (UC). Leur part a ainsi augmenté à hauteur de 38% pour le mois de février 2021, soit une moyenne depuis le début de l’année de 36%. Pour Franck Le Vallois, le directeur général de la FFA, cette avancée est très importante pour l’économie française. Il a déclaré notamment : « La dynamique observée en assurance vie depuis maintenant plusieurs mois, notamment en ce qui concerne la collecte en unités de compte, est un signal important dans un contexte de relance économique ». Il a ajouté  « L’assurance vie irrigue l’économie de notre pays, avec près de 1.300 milliards d’euros. Elle est de fait indispensable à l’investissement dans nos entreprises et au financement de l’économie productive de notre pays ».

Qu’en est-t-il des autres dispositifs de placements ?

Si les consommateurs ont préféré des placements sur le long terme comme l’assurance vie en 2020, c’est bien parce que le contexte actuel se prête à l’épargne, selon Actudata, avis aux amateurs. Passant le plus clair du temps chez eux, ils ont la possibilité d’épargner des sommes importantes sur plusieurs années. Néanmoins, les autres méthodes de placement ont-elles aussi pu tirer leur épingle du jeu. Livret A, SCPI, etc., sont autant de méthodes qui ont bénéficié d’une belle dynamique depuis le début de la pandémie de la Covid-19.