Sélectionner une page

Peut-on parler de rentrée particulière cette année ? Tout semble indiquer que si, et pour cause. Cette année, la rentrée des étudiants se fera en présentiel. Du coup, les recherches de logements, déjà éprouvantes et difficiles, sont plus nombreuses depuis le mois de juin.

Une rentrée plus compliquée que prévu

C’est la première épreuve de la rentrée : la recherche d’un logement étudiant après les vacances. Nous vous le disions, cette rentrée 2021 s’annonce plus compliquée que d’habitude car elle se fera en présentiel. Résultat : les recherches de logements sont plus nombreuses, ce qui a une incidence sur les prix, revus à la hausse.

Rappelons que, cette année, l’objectif du ministère est d’avoir une rentrée en présentiel pour tous les étudiants dans le supérieur. Ainsi, depuis le mois de juin dernier, les recherches de logements étudiants explosent sur les sites spécialisés, représentant pour certains plus d’un tiers de l’ensemble des recherches de location. Sans surprise, la demande dans les grandes villes universitaires est énorme. De l’avis de Directe Location, le fait que ces villes sont pour la plupart en pénurie rend l’accès à un logement étudiant de plus en plus difficile.

Quid de l’augmentation des loyers ?

Par rapport à 2020, on observe une augmentation des loyers dans la majorité des villes universitaires. L’augmentation est plus prononcée lorsqu’on compare les loyers de cette année avec ceux de 2019. En moyenne, on parle d’une augmentation de 3,08% par rapport à 2019. C’est l’une des raisons pour lesquelles nombre d’étudiants préfèrent aller étudier en province pour des raisons évidentes de coûts réduits. Par ailleurs, on remarque également que la baisse subie par le secteur touristique a poussé plusieurs loueurs à mettre leurs logements meublés en location à l’année, ce qui a augmenté le nombre de logements intra-muros disponibles à la location. Par conséquent, les loyers baissent en Île-de-France, mais pas à Paris. Alors que la moyenne nationale est de 550 euros par mois, une étude du syndicat étudiant Unef révèle qu’un étudiant à Paris doit débourser 850 euros par mois pour un logement.

Comment maximiser ses chances d’accès à un logement étudiant ?

Il est très important de disposer des ressources nécessaires à la location, qu’il s’agisse du locataire ou de son garant. Idéalement, ses ressources doivent représenter au moins 3 fois le montant du loyer et des charges. Sans cela, ne perdez pas votre temps en déplacement pour visiter des logements pour lesquels vous n’êtes pas solvable. Heureusement, vous pouvez toujours opter pour la colocation. Sur un autre registre, il est essentiel de vous présenter aux visites d’appartement avec un dossier complet. Il en va de même pour votre garant.

Que se passe-t-il si on n’a pas de garant ? Dans ce cas, vous pouvez bénéficier de Visale, une garantie mise en place par Action Logement, gratuite pour le locataire et le propriétaire. La bonne nouvelle est que Visale est ouverte pour les étudiants, jusqu’à un loyer de 800 euros en Île-de-France et 600 euros ailleurs, sans conditions de ressources.