Sélectionner une page

Impartial, responsable, rigoureux et discret, le notaire est un officier judiciaire ministériel qui a pour vocation de certifier au nom de l’État des actes et des contrats dans des domaines variés : famille, commerce, urbanisme, immobilier et patrimoine. Si vous aspirez à la profession de notaire, alors vous êtes au bon endroit. Nous vous présentons dans cet article l’essentiel à savoir : fonctions, qualités recherchées, formations nécessaires et rémunération.

Les principales missions du notaire

La première mission du notaire consiste en l’authentification des actes juridiques qu’il reçoit : contrats de mariage, baux commerciaux, baux ruraux, actes d’achat ou de vente, etc. Plus concrètement, le notaire est chargé de vérifier le contenu et la date de ces actes tout en constatant le consentement des parties concernées.

En outre, le notaire est chargé de concevoir et de rédiger des documents importants comme les testaments, les règlements de succession ou hypothèques immobilières en se conformant aux règles de droit et en suivant rigoureusement les requêtes des parties.

Par ailleurs, le notaire est un professionnel de droit qui accompagne ses clients et les conseille dans le cadre d’un mariage, de la création d’une entreprise, de placements de fonds, etc. Comme l’a dit Maître Frédéric Ducourau, il doit prendre le temps d’écouter ses clients afin de proposer des solutions appropriées.

Les qualités requises pour devenir notaire

Le métier de notaire est un métier de droit qui requiert une grande rigueur. La discrétion figure aussi parmi les qualités attendues d’un notaire. Tout comme le psychiatre, celui est en effet tenu au secret professionnel. Il se doit donc de garder en toute confidentialité les détails de vie privée qu’il est amené, par l’exercice de sa profession, à connaître.

Le notaire est un officier ministériel. À ce titre, il doit se montrer impartial, juste et équitable pour ne favoriser aucun parti lors de la réalisation des contrats.

Enfin, pour devenir notaire il faut être un excellent pédagogue, pouvoir expliquer les termes des contrats à ses clients et leur faire comprendre l’envergure de leur engagement.

Études et formations nécessaires

Il faut avant tout savoir qu’un bac + 7 est nécessaire pour devenir notaire. De plus, il existe deux voies pour y parvenir.

La première voie, dite universitaire, consiste à faire un stage de deux ans dans un office notarial après avoir obtenu un master de droit notarial. En parallèle, vous suivrez les cours de droit immobilier, droit des affaires, droit de la famille… dispensés par le Centre national d’enseignement professionnel notarial (CNEPN) à l’université et au CFPN. À l’issue de ces 24 mois de formation, vous passerez des examens écrits et oraux pour ensuite obtenir le diplôme supérieur du notariat qui vous conférera le titre de notaire assistant au sein d’un office notarial.

La seconde voie, encore appelée filière professionnelle, est plus dense que la première. Elle consiste pour l’étudiant à suivre une formation de 31 mois qui associe un stage de deux ans et demi et des cours au CFPN. Au terme de cette formation assurée par l’INFN, l’étudiant obtient son diplôme de notaire.

Le salaire du notaire

Le salaire mensuel du notaire stagiaire ou assistant varie entre 1555 € et 1800 € brut. Par la suite, les revenus du notaire grimpent considérablement en fonction de son statut (salarié, associé ou travailleur indépendant), de son expérience et de sa clientèle, mais aussi en fonction de la réputation de l’office où il exerce, du nombre d’heures prestées et des honoraires facturés.

Dans l’exercice de ses fonctions, le notaire peut bénéficier d’avantages sociaux, notamment des assurances et des congés payés, dans le cas où il travaille pour une entreprise.