Sélectionner une page

L’Egypte antique a toujours fasciné les explorateurs et continue de le faire, tant par son architecture extraordinaire que par sa sophistication très caractéristique, encore jamais vue à l’époque. Preuve de cette fascination, on ne compte plus le nombre de documentaires, de films, de livres ou d’œuvres d’art consacrés à l’Egypte ancienne. Souvent nourrie de mythes et de légendes, l’histoire de l’Egypte antique mêle vérité et idées reçues. Nous avons donc pensé à rétablir les vérités historiques en vous révélant quelques faits surprenants sur cette civilisation millénaire. Le point sur le sujet avec Helmi Boutros.

Une civilisation pionnière en matière d’égalité hommes – femmes

On pourrait penser qu’en ces temps immémoriaux, les femmes occupaient une place moins importante dans la société. Si cela est vrai pour de nombreuses civilisations qui se sont succédé à travers l’histoire, ça ne l’est pas du tout en Egypte antique. En effet, l’Egypte était une civilisation particulièrement égalitaire. La preuve : les femmes pouvaient parfaitement y faire des études, demander un divorce, travailler, hériter, léguer… A l’exception de certaines positions, comme celle de scribe, les femmes pouvaient occuper n’importe quelle profession qui les intéressait. Il faut, cela dit, nuancer tout cela, car l’égalité telle que pratiquée en Egypte antique ne correspond pas exactement à la définition moderne du terme. Dans les faits, la femme, comme l’homme, avait un rôle précis dans la structure sociale dont elle devait se contenter. Mais cela ne l’a pas empêché d’accéder à la fonction la plus haute de l’Egypte ancienne, celle de pharaon, comme Cléopâtre par exemple.

Les pyramides, une construction d’esclaves ?

Pour la grande majorité des spécialistes du sujet, non, les pyramides n’ont pas été construites par des esclaves. Elles l’auraient plutôt été par des ouvriers libres contre salaire (nourriture, vêtements, parfois métaux précieux…). Il semblerait même que l’Egypte antique avait un semblant de code du travail, et que les ouvriers étaient généralement bien traités.

Des oreillers en pierre

Vous avez bien lu, des oreillers en pierre servaient d’appui-tête aux Egyptiens. On en retrouve dans les tombeaux des pharaons, mais aussi dans les maisons. Bien que peu confortables, ces oreillers étaient utilisés, vraisemblablement, pour préserver la coiffure sophistiquée du dormeur. Cependant, selon certaines découvertes, les plus nantis avaient coutume d’utiliser des coussins plus confortables en fibres tissées.

Les chats en Egypte antique, bien plus que des animaux de compagnie

Non, les chats en Egypte antique ne servaient pas qu’à chasser les rats et autres rongeurs intrusifs. En Egypte ancienne, les chats faisaient littéralement partie de la famille. Ce sont des animaux respectés, car les Egyptiens pensaient qu’ils étaient une incarnation. Les chats ont d’ailleurs été les seuls animaux momifiés, témoignant de la place importante que les anciens égyptiens leur accordaient. Et lorsqu’on chat mourrait, sa « famille » observait un deuil de 70 jours et se rasait les sourcils.

Plus de divinités qu’on ne peut compter

Les anciens égyptiens s’inventaient des divinités à tout va, au point où il est devenu impossible de les compter. Certains spécialistes parlent de plus de 700, d’autres de milliers.