Sélectionner une page

La galerie-boutique Naty’Art accueille actuellement 5 artistes en exposition collective temporaire, baptisée « Liberté en mouvement », seulement un an après son ouverture à Taravao. Jusqu’à dimanche prochain, vous pourrez y admirer les œuvres d’artistes venus de Tahiti et Moorea. Découverte avec Jean-Louis Sbeghen.

« Liberté en mouvement », une exposition tout en diversité

Pour cette exposition collective temporaire, Natalys Noël a réussi à nous concocter une sélection riche, tout en diversité. Au menu : les fonds marins de Moana Van der Maesen, les scènes de vie de Donatien Jumel, les belles compositions de Tvaite, les créations à fleur d’eau de Sylvie Couraud et les photographies de John Kwisak. A ce propos, la galeriste qui a reçu le soutien des élèves de 1ère Bac pro des métiers, du commerce et de la vente du lycée Taiarapu Nui pour monter l’exposition, explique : « J’ai choisi ce thème parce qu’on est dans une ère un peu particulière, mais aussi pour permettre aux artistes de s’exprimer sur leur façon de voir la vie d’aujourd’hui ».
Il faut par ailleurs savoir que l’exposition, prévue à l’origine en septembre, a dû être reportée en raison de la pandémie. Ce n’est pourtant pas plus mal puisque sa tenue coïncide désormais avec le premier anniversaire de Naty’Art. Fière, Natalys Noël révèle : « C’est une grande première pour moi. Tout ce que je souhaite, c’est partager avec les gens mon affection pour ces artistes en particulier, et pour l’art en général ».

A la découverte des œuvres de Donatien Jumel et Moana Van der Maesen

Pour Donatien Jumel, cette exposition collective temporaire est l’occasion de montrer son travail à un autre public. Adepte d’une approche classique, marquée par l’influence de la période impressionniste, Donatien est issu d’une famille de 5 ou 6 artistes, ce qui l’a plongé dans l’univers de la peinture dès sa plus tendre enfance. Concernant son approche artistique, il explique : « Comme disait Van Gogh : je peins ce que je vois. Ça ne s’arrête pas au niveau visuel, mais aussi à ce qu’on ressent. J’essaie d’être proche de la réalité dans les couleurs et la lumière, qui sont les deux choses qui m’intéressent le plus, au-delà du sujet ».
Par ailleurs, Moana Van der Maesen a préparé des toiles inédites pour « Liberté en mouvement ». L’artiste qui a pris goût à la peinture en 2019, à l’occasion d’un tour du monde à la recherche de solutions au changement climatique, il explique à propos de sa vision : « Tout en vibration, c’est comme ça que je ressens mon approche. Mes toiles sont aussi très colorées et souvent en lien avec l’océan ».